samedi 4 juillet 2020

Ni le Vatican, ni le Grand-Orient

Quand je doute de moi, je me ressaisis en songeant que je n’ai pas de disciples : je ne connais pas de certitude plus réconfortante.

E. M. Cioran

Circulaire

Je suis l’homme des rengaines, j’aime la mélancolie quelque peu vulgaire et même sordide. Cela fait mal aux nerfs et cela me met dans des dispositions on ne peut plus métaphysiques

E. M. Cioran

Empapaouté

Si le rap est une jambe, toi, t’es la gangrène.

MC Circulaire

Pro domo

Si on veut connaître un pays, il faut lire ses écrivains médiocres qui seuls en reflètent véritablement les défauts, les tics, les vertus et les vices. Les autres écrivains, les bons, réagissent d’habitude contre leur patrie, ils sont honteux d’en faire partie. Aussi en expriment-ils imparfaitement l’essence, j’entends la nullité quotidienne.

E. M. Cioran

Ray-Ban

Je déteste la haine telle qu’on la voit dans les yeux des Noirs américains, c’est une des raisons pour lesquelles je ne veux pas aller aux Etats-Unis.

E. M. Cioran

Zone 50

Jusqu’à la trentaine, je n’avais qu’une idée en tête : l’extermination des vieux. Maintenant que j’ai dépassé la cinquantaine, celle des jeunes.

E. M. Cioran

Tout petit la planète

Les gens veulent voir du foot, on va leur en donner.

Guillaume  Collard (avec deux l)

Éclate-toi

J’aimerais rencontrer Trump, le meilleur des humoristes.

Alex Vizorek

vendredi 3 juillet 2020

Venticello

J’ai décidé d’écrire un essai sur la calomnie. Chacun a le monstre qu’il mérite. Le calomniateur est plus qu’un ennemi, l’ennemi se tient devant vous : lui, il vous suit… il vous poursuit, il frappe dans l’ombre. Le calomniateur est hideux, il a les façons du traître, il ne se mesure pas avec vous comme le fait l’ennemi, il vous tue sans la dignité d’un assassin, comme une malédiction basse, d’ordure prédestinée, de vampire vil qui s’attache à votre nom et à votre sang et les dévore tous les deux. Il est omniprésent, indiscret, curieux, fureteur, si près de vous… L’amour le plus passionné ne rapproche pas autant deux êtres que ne le fait la calomnie : le calomnié et le calomniateur sont inséparables, ils constituent une unité transcendante. Celui qui subit ce sort, c’est qu’il s’y est habitué, qu’il ne peut plus s’en passer, qu’il le réclame même et il sait que ses vœux seront comblés, qu’il restera éternellement présent dans l’esprit du diffamateur. On peut lancer n’importe quoi contre vous. Tout le monde marchera.

E.M. Cioran : Cahiers

« Cette mélodie contient des ondes maléfiques »

Sonorama : El Ocaso par Der Blutharsch. Texte : La mort à Boboli par Daniel Walther, éditions Phébus.

— Tu aimes jouer à ce genre de jeu, gronda-t-il ?

Mais il ne savait pas très bien où il voulait en venir avec ces questions insistantes. Elle soutint son regard et déclara : « Tu devrais parler d’enjeu, pas de jeu. Le monde bascule, caro mio, il est comme une vitre qui divague à la surface d’un vaste océan d’air. Il s’incline chaque jour davantage, mais nous ne nous rendons compte de rien. Nous ne sommes plus que du vide sur du néant. »

— Pas de ça, Seigneur… pas de cette glose…

Mais Grazia était lancée : « … des vaisseaux noirs courent la flibuste sur cet océan d’air, sur cette vitre de néant, et ces vaisseaux noirs transportent de mortelles cargaisons d’insectes. Elles bourdonnent ces guêpes, dans de gigantesques cercueils de verre, c’est la nouvelle boîte de Pandore. »

Grazia était comme en transes : elle paraissait consciente de la proximité d’un ailleurs ténébreux. Il la secoua, gêné, mais elle le repoussa vigoureusement. Un passant s’arrêta et les dévisagea avec une curiosité pleine d’impertinence.

— Reviens à toi, dit-il

Il avait crié ces mots, et le passant indiscret lui demanda si son amie était malade, si elle supportait mal la chaleur. Beaucoup de gens, insista-t-il, étaient indisposés par la canicule… « Non, dit-il avec hargne, je n’ai pas besoin d’aide… » Il soutint Grazia jusqu’à une terrasse de café, lui fit boire de l’eau minérale très fraîche, avant de lui appliquer son mouchoir mouillé sur le front et les tempes.

 Quelle est cette histoire de guêpes noires ?, s’inquiéta-t-il lorsqu’elle eut retrouvé le contrôle de ses nerfs.

— Ne fais pas attention à ce que j’ai pu dire… je crois que suis fiévreuse.

Môssi rossette

Dirty, qui avait enlevé son manteau, avait, dans mes bras, une robe de soie d’un rouge vif, du rouge des drapeaux à croix gammée.

Georges Bataille : Le Bleu du ciel

Ni le Vatican, ni le Grand-Orient

Quand je doute de moi, je me ressaisis en songeant que je n’ai pas de disciples : je ne connais pas de certitude plus réconfortante. E. M...